Groupe de travail mobile – 2013-2015

SUPERSTUDIO, Cerimonia, 1973 © « Collection FRAC Centre, Orléans »

SUPERSTUDIO, Cerimonia, 1973
© « Collection FRAC Centre, Orléans »

 

L’idée de ce groupe de travail émane de l’aspiration à engager une réflexion approfon­die, continue et durable, sur toute la durée du projet de recherche avec des partenariats tangibles. Né d’un rapprochement entre différents laboratoires et structures de re­cherche et constitué selon une logique transversale et interdisciplinaire (architecture, arts plastiques, géographie, esthétique, nouveaux médias numériques), le groupe a pour vocation d’établir une synergie entre les différents projets de recherche en cours, en repérant précisément les complémentarités entre les différents travaux.

Ses activités visent, d’une part, à nourrir les échanges et la réflexion assurant la pro­gression de la recherche ; d’autre part, à opérer une confrontation entre les champs disciplinaires impliqués afin d’identifier les enjeux épistémologiques relatif à la ques­tion du « faire méthode » au coeur même du projet ; enfin, à diffuser et valoriser la recherche en cours au travers de rencontres formalisées. Il assurera, par ce biais, la continuité dans le processus de recherche à même d’articuler entre eux les différents événements du projet. Il en fera apparaître la cohérence et irriguera en amont la pré­paration du colloque international de novembre 2015.

1-Rencontre du 30 janvier 2014 – Paris 1

Le 30 janvier 2014 à L’Université Paris I s’est tenue la première rencontre du groupe de travail mobile, consacrée à la restitution du workshop d’octobre 2013 et à une réflexion prospective sur les événements à venir, notamment la projection de deux films de la collection du FRAC Centre à l’Espace Khiasma en mai 2014.

Pour en savoir plus, télécharger la Newsletter numéro 2 (janvier 2014).

2-Rencontre 22-23 octobre 2014 – ENSA Toulouse

Rencontre organisée par Andrea Urlberger, en présence de Sophie Fetro, Anna Guilló et Karen O’Rourke.

22 octobre 2014
10h rencontre avec les étudiants du séminaire d’Andrea Urlberger à l’ENSAT
10h-12h : Visite du Mirail avec Cécile Bukowski, projet initial, transformations en cours et visite de deux appartements.
14-16h : Intervention de Francine Zarcos, architecte : « Comment aborder la notion de carte et de plan à la fois dans le contexte professionnel et d’enseignement ? », en présence des étudiants de 5e année. Discussion.
16h-18h : visite de l’atelier projet de Bruno Marcato et Leslie Gonçalves, discussion avec les étudiants.

23 octobre 2014
9h-10h : Intervention d’Enrico Chapel sur sa publication L’Œil raisonné, l’invention de l’urbanisme par la carte (MétisPresses, coll. « vuesDensemble », 2010.
10h-11h : Intervention de Bernard Ferries : « Entre BIM et SiG, entre carte et plan ».
11h-12h : Discussion
14h-16h : « L’utilisation des cartes et plans dans l’enseignement de l’architecture », exposé des étudiants du séminaire d’Andrea Urlberger

3-Journées d’Étude 13-14 novembre 2014 – Labex CAP – CSTB

Cartographie sensible et projets urbains
télécharger la Newsletter N° 4

Jeudi 13 novembre 2014
École Nationale Supérieure d’Architecture Paris-Belleville
Cette première journée est organisée en partenariat avec le Labex CAP, le CSTB et La Fin des cartes
Journée modérée par Émeline Bailly (Urbaniste – Chercheur, CSTB), Aline Caillet (Maître de conférences en philosophie, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) et Sophie Fétro (Maître de conférences en design, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne).
+ d’infos/- d’infos

4-Séminaire de recherche le 25 novembre 2014 – Rennes 2

Spatialités cartographiques : de l’expérience vécue à l’expérience représentée

Pour cette collaboration, l’équipe de Rennes 2 a obtenu une aide spécifique pour un séminaire de recherche «Les fabriques cartographiques contemporaines : de la modélisation aux pratiques empiriques ?» qui implique des chercheurs locaux. La rencontre du groupe de travail à Rennes prend la forme d’une journée d’étude le 25 novembre 2014 intitulée «spatialités cartographiques : de l’expérience vécue à l’expérience représentée.»

5-Journée d’étude le 3 avril 2015 – Université Jean Monnet à Saint-Etienne

Problématiser la cartographie comme objet, méthode et expérience interdisciplinaire

Journée d’étude du 3 avril 2015 proposée par le CIEREC en partenariat avec les programmes de recherche La Fin des cartes ? Territoires rêvés, territoires normalisés et Image et perception embarquées.
Université Jean-Monnet – Campus Tréfilerie : 35, rue du 11 Novembre, 42023 Saint-Etienne Cedex 2. Salle G05.

Télécharger la NEWSLETTER n°5 mars avril 2015 (214 Ko)
Télécharger le programme détaillé de la journée d’études (15 Mo) version écran (3 Mo)
Télécharger l’affiche au format A3 (11 Mo) – format A4 (11 Mo)

Présentation

Les cartes qui peuplent nos smartphones sont la partie visible de systèmes cartographiques invisibles qui impliquent des données-objets modulaires, des opérations automatisées et des constructions variables. Générées à la volée à partir d’informations géo-localisées, elles s’affichent le temps d’un trajet. Répondant au doigt ou à la voix, elles nous aident à nous repérer dans une ville inconnue ou dans un désert, même en l’absence de routes. Elles nous incitent à leur confier nos requêtes, tout en récoltant à notre insu le détail de nos déplacements. A l’heure où le GPS permet aux entrepreneurs d’exploiter des forêts jadis connues des seuls autochtones et où les outils de la cartographie sensible ont intégré la panoplie des acteurs institutionnels, existe-t-il encore des pratiques cartographiques « autres » ?
+ d’infos/- d’infos