Cartographies, datadonnées à l’épreuve de la ville sensible

Thierry Paquot, Gwenola Wagon / Stéphane Degoutin

Thierry Paquot, philosophe et Gwenola Wagon / Stéphane Degoutin, artistes. Conversation.

Le documentaire « World Brain » traite de l’architecture des data centers, du trading à haute fréquence, de la survie dans la forêt à l’ère de Wikipédia. Il s’interroge sur la multiplication des datadonnées, qui se superpose au monde réel, et des cartes, qui déterritorialisent, déréalisent le territoire… au détriment du monde vécu, rêvé, ressenti. L’essor des datadonnées interroge notre représentation du monde et entre en tension avec la ville sensible.
World Brain sera mis en perspective dans un dialogue entre ses auteurs, les artistes Stéphane Degoutin et Gwenola Wagon, et le philosophe Thierry Paquot, auteur de nombreux ouvrages sur la ville sensible et sa représentation professionelle, littéraire et cinématographique.

http://worldbrain.arte.tv

Thierry Paquot
Thierry Paquot, philosophe de l’urbain, président du Conseil d’orientation stratégique du learning center sur la « ville durable » (La halle-aus-sucres, Dunkerque), président d’Image de Ville, qui chaque année programme deux festivals à Aix-en-Provence, membre de la Commission du Vieux Paris, membre de nombreux comités de rédaction (Books,Esprit, Hermès, ‘Scape, Urban…) et auteur d’une soixantaine d’ouvrages, dont : Le Voyage contre le tourisme(Eterotopia/France, 2014), Désatsres urbains. Les villes meurent aussi  (La Découverte, 2015), Lewis Mumford, pour une juste plénitude (le Passager Clandestin, 2015), Au Bonheur des titres (Infolio, 2015) et Les situationnistes en villes (sous la direction de, Infolio, 2015). Il est le rhapsode de L’Esprit des villes (infolio).

Stéphane Degoutin et Gwenola Wagon
Les artistes Stéphane Degoutin et Gwenola Wagon vivent et travaillent à Paris, principalement sur des projets d’installations, de performances et de films. Leur travail est connecté à des questions telles que la carte dédoublant le territoire (Blackpool-Machester, 2010 et Globodrome 2012), le lieu et son impossible représentation, l’impensé du lieu, (Architecture potentielle, Moilesulaz échelle 1 et le Musée terrorisme) la fin du travail (Cyborgs dans la brume, 2012), la guerre au temps des drones (Dance Party in Iraq, 2013), le transhumanisme (Cyborgs dans la brume», 2012), les relations entre inventeurs, machines et fantômes (Média médiums 2014), la recherches de nouvelles espèces de luciole et leur propable disparition (Qu’est ce que cela fait d’être une luciole ? 2015)

Stéphane Degoutin, Artiste, écrivain, chercheur. Né en 1973 à Toronto (Canada). Vit et travaille à Paris. Il conçoit des dispositifs artistiques, des textes théoriques, des lieux. Ses thèmes de recherche portent sur l’humanité après l’homme, la ville après l’espace public, l’architecture après le plaisir. Il est l’auteur du blog Propositions / spéculations, cofondateur du Musée de l’imaginaire terroriste, cofondateur du collectif Nogo Voyages, auteur du photoblogLost in Créteil, co-auteur des installations en ligne Googlehouseet What Are You?, auteur de l’essai Prisonniers volontaires du rêve américain (éd. de la Villette, Paris, 2006) et de la structure pour « Here is where we meet ». Il enseigne à l’Ensad.

Gwenola Wagon est artiste et maître de conférences dans le département arts plastiques de l’Université de Paris 8, depuis 2008. Diplômée de l’Ecole Nationale Supérieure des Arts Décoratifs de Paris et de l’Atelier de Recherches Interactives, elle collabore au sein de l’équipe TEAMeD (Théorie Expérimentation Arts Médias et Design). Elle est cofondatrice du collectif Cela Etant. En 2007, elle co-fonde le projet Nogo voyages avec Stéphane Degoutin et le Laboratoire de recherche LOPH en 2011. Elle réalise de nombreuses installations, des pièces filmiques et sonores exposées en France et à l’étranger comme Blackpool Manchester, Globodrome, Hypnorama, le Musée de l’imaginaire terroriste, Discothèque sauvage, Mute, Cyborgs dans la brume et World Brain . Et comme commissaire d’exposition Voyages dans les données du monde dans le cadre des Rencontres de la photographie et de Marseille 2013 et le projet Média médiums.

Publié dans colloque